Le code culturel d'une nation

Le costume d'homme, tel que nous le connaissons aujourd'hui (sans jabot), apparaît sous la Régence en Grande-Bretagne (1811 - 1820), quand le dandy britannique George Brummell[1]fait découvrir aux gentlemen le sobre costume d'homme, de type contemporain.


Ce costume anglais classique est réalisé avec un maximum de doublures d'étoffes épaisses et adapté aux conditions météorologiques locales.


Après, il passe en Europe continentale pour tomber entre les mains des tailleurs de Naples où les Italiens, avec ce goût qui leur est propre, modifient l'aspect de cette création classique anglaise et en font ce que nous voyons et portons jusqu'à présent. En devient-il meilleur ou pire, ce costume ?


Il se transforme en quelque chose d'autre, il s'adapte au climat, au caractère national, aux traditions du pays, au style et même aux couleurs de la nature environnante.

En novembre 2018, nous étions en train de nous rendre à une réception organisée par l’association « Dialogue franco-russe » et par l’ambassadeur russe en France, quand, tout au long de la route, notre cher ami le comte Henri Tobie de Monspey n’arrêtait pas de se plaindre de son smoking. Il nous expliquait, et nous allons y revenir, qu’un smoking ne devait pas être flambant neuf et que, dans sa garde-robe, le comte avait le choix parmi plusieurs smokings depuis le début du 20esiècle. « Autrefois, les années d’après-guerre, on était prudent quant à la gestion des ressources, dans les maisons aussi bien que dans les châteaux. Il ne faisait jamais trop chaud chez personne. Plus tard, le chauffage central s’est propagé et on ne pouvait plus réguler la température ambiante. Ça, c’est le smoking de mon grand-père et il me tient toujours trop chaud, l’hiver… ».


Quelque chose de similaire s'est produit avec l'étiquette qui, en tant que phénomène culturel, s’est définitivement constituée en France, dans la cour de Louis XIV[2], pour aller ensuite planter ses pénates à la cour anglaise, sans oublier celle de l’Empire russe. C’est paradoxal mais, jusqu’à nos jours, il n'y a eu que deux codes culturels, reconnus par le monde entier, qui se sont façonnés, paraît-il, en s'opposant l'un à l'autre. Les Anglais, si nous nous permettons de donner notre avis, dans leurs efforts de mettre en évidence, le plus nettement possible, leur propre individualité, leur non conformisme et leurs caractéristiques nationales, ont simplement tout fait à l'envers, y compris dans leur manière de dresser la table, posant la fourchette, les dents en l'air.


Malgré une telle richesse de l'historique de la question, nous tenons, messieurs, à vous assurer : la première chose que vous allez ressentir, mettant le pied sur le territoire de Monaco, par exemple, – c'est que tout ici se fait autrement ; tout se fait autrement en Italie où l’on appelle « galateo » les règles du savoir-vivre ; tout se fait autrement en Russie ; que tout se fait autrement au Japon, ce n’est même pas la peine d’en parler. Tout un chacun va ressentir cette différence du code culturel de chaque pays, qui ne cherche point à s’opposer aux Français ni aux Anglais, mais qui est organique et naturel.


Tout comme ce que les Italiens avaient fait du costume anglais, les autres pays ont apporté leur propre touche aux bonnes manières. À force de jouer, la vie, elle-même, a allégé ou alourdi les règlements mondains en leur apportant du raffinement naturel et du charme, en les polissant jusqu'à l'éclat et, çà et là, en les modifiant. Dans le moindre détail, visible ou moins évident, on voit s'inscrire la tradition et le code culturel d’une nation. Ce sont justement ces énergies que nous allons ressentir, ayant à peine mis le pied sur le sol d’un autre pays, y compris sur celui de la Russie.


  1. George Bryan Brummell, dit « Beau Brummell », né le 7 juin 1778 à Londres et mort le 30 mars 1840 à Caen, est un pionnier du dandysme britannique durant la Régence anglaise.

  2. Le règne de Louis XIV reste marqué par l’image d’un roi absolu et d’un État puissant, donnant à cette période le nom du « Grand Siècle ». Investi très jeune dans ses fonctions, éduqué par le cardinal Mazarin, le Roi-Soleil incarne les principes de l’absolutisme. En 1682, il s’installe, entouré de sa Cour, au château de Versailles, meilleur symbole de son pouvoir et de son influence en Europe. http://www.chateauversailles.fr/



FORMATIONS SUR MESURE

Formations Interculturelles

Savoir-Faire Accueil

Le standard opérationnel

En ligne sur mesure

FORMATIONS EN GROUPE

Formations en Ligne

Formation professionnelle

Vivre à Monaco (Modern Etiquette Class)

INFORMATION

Qui sommes nous

Appellations et titres

Formules de politesse

Notre politique de confidentialité

Blog

Contact

©2016 by La Classe

Toute reproduction ou représentation du site en partie ou en totalité (les textes, graphismes, dessins, logos et photos) est interdite sans l'accord écrit de La Classe et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle.

 

Winter Palace

98000 Monaco

Call us : +377 93 30 02 33

Write us : info@monacolaclasse.com