top of page

Naviguer l'empathie dans un monde multiculturel

On dit que l'empathie, ainsi que la capacité de voir le monde à travers les yeux d'autrui, sont essentielles dans la communication interculturelle. Mais qu'est-ce que l'empathie ?


Il est vrai que l'empathie implique de comprendre le monde du point de vue d'autrui, ce qui n'est pas la même chose que de se mettre à sa place. Non, je parle de vraiment voir à travers leurs yeux et de prendre en compte la façon de penser d’autrui.


Prenons un exemple, vous êtes végétarien et moi non. Nous arrivons à une soirée où vous ne pouvez manger que des Barbajuans. Si j'essaie de me mettre à votre place, je pourrais maladroitement suggérer : "Mais prends un blini au saumon, je suis sûr que tu aimeras, c'est juste un poisson !"

Mais voir à travers les yeux d'autrui signifie empathiser avec la manière dont leur mode de vie végétarien a du sens pour eux. La phrase "A ta place ..." devient sans pertinence. L'empathie est une compréhension profonde et partagée.


"Essayer de voir le monde à travers les yeux d'un autre est-il semblable à lire dans les pensées ?" pourrait demander un lecteur sceptique. En effet, c'est une entreprise difficile et subtile, et elle devient encore plus complexe dans le cadre de différentes cultures car pour les comprendre, il faut apprendre à les connaitre.


Je vais vous donner un exemple de ma vie. J'appartiens à un groupe de collègues français/monégasques avec qui je partage un hobby musical. Il y a environ un an, nous nous sommes réunis dans le bureau de Paul pour décider des rôles pour un concert — déterminer qui chanterait, qui jouerait quel rôle, qui gérerait le concert, le lieu et même le nombre de représentations. Nous avons distribué des partitions et sommes partis chacun de notre côté. Il s'en est suivi des répétitions sporadiques, avec des personnes chantant, jouant et de nouveaux individus rejoignant le groupe — la dynamique de groupe évoluant à chaque rassemblement, et certains ne participant pas du tout.

Puis, il y a quelques semaines, Rob (un autre membre actif) a envoyé un message dans notre chat : "C'est impossible !! Nous devons faire ce projet, le définir, nous rencontrer, discuter et sélectionner les chansons !!"

À ce moment-là, un ami proche, d’origine russe comme moi, a fait preuve d'un manque flagrant d'empathie et d'un échec total à apprécier la perspective française. Il a répondu dans le chat : "Tu plaisantes ? Nous avons décidé tout cela il y a un an..." parmi d'autres choses. Son tempérament et son code culturel manquent de patience pour accepter qu'un an plus tard, nous devions 'nous rassembler et discuter de tout une fois de plus'.

Il était visiblement irrité mais il a aussi réalisé que c'était entièrement une question interculturelle. Rob avait besoin d'un processus de discussion, de revenir sur la question. Alexei aspirait à être empathique, mais n'arrivait pas à trouver l'énergie et la distance pour surmonter son agacement.

C'est crucial de comprendre. Plus d'efforts sont nécessaires pour la compréhension interculturelle et l'exercice de l'empathie.

Il y a des moments où nous considérons certains comportements comme dénués de sens. Surmonter l'irritation dans de telles situations est particulièrement difficile. Est-il possible de choisir consciemment d'être empathique ? D'apprendre l'empathie ?



Blake Edwards, Henry Mancini, Henry Mancini, and Jack Hayes Leo Shuken. BREAKFAST AT TIFFANY'S

Malheureusement, l'empathie n'est pas toujours automatique. Il est facile de sympathiser quand nous regardons Breakfast at Tiffany's et voyons Miss Golightley sous la pluie enlaçant son chat. Certains peuvent même verser des larmes en regardant ce moment émouvant. Mais comment étendre cette sympathie à quelque chose que nous trouvons répugnant ? Comment empathiser avec les décideurs lents, avec ceux qui ont besoin d'une cuillère pour manger des pâtes, avec les gens trop bavards, avec ceux qui se rapprochent trop près ? Comment faire preuve d'empathie lorsque notre instinct est d'éviter l'expérience, plutôt que d'être ouvert aux expressions culturelles des autres ?


Notre réponse empathique dépend de notre motivation. Oui, nous pouvons ressentir de la compassion pour cette personne qui essuie ses mains sur la nappe. Mais cette émotion complexe nécessite un voyage — vivre et réfléchir sur des expériences culturelles, ressentir pour les autres. L'empathie est un travail délicat.


L'empathie culturelle ne consiste pas simplement à décider d'être gentil ; elle doit être apprise. C'est un processus long qui commence par se comprendre soi-même. Ensuite, nous comprenons la logique culturelle d'une personne (mes amis ont besoin d'un processus de débat tout au long de la mise en œuvre d'un projet. Sans discussion, leur intérêt diminue), puis nous développons un nouveau modèle de réponse.


La meilleure façon de comprendre la logique culturelle est d'étudier les communications interculturelles. Bienvenue dans La Classe.


P.S. : Vivre au sein d'une culture ne garantit pas une compréhension précise de celle-ci.

Culturellement Votre,

Anastasia Shevchenko

Comments


bottom of page